Astro logis.

 

 

 

A trop regarder d’horreurs sur notre Terre,

Une nuit, les étoiles affichèrent leurs plus vives constellations !

En effaçant nos frontières et nos religions,

Elles retrouvèrent leurs ancestrales attributions :

 

Le peuple se réveilla dans chacune des douze maisons,

Etonné par cette céleste répartition zodiacale,

Chaque homme de son signe eut trouvé son voisin égal,

S’obligeant à respecter ce nouvel ordre de raison.

 

 

Au Commencement, la maison du Bélier surgit,

Aux premiers jours du printemps, l’impulsion fut donnée,

Ne vivant que par l’action et fier d’en être pionnier,

Avec acharnement, il eut entrepris l’ouvrage en défi.

 

taureau

 

Le Taureau constatant autant d’énergie,

Vint donner à son frère une direction particulière,

Force des passions primitives, il naquit,

Avançant sans détour, de sa mémoire de solitaire.

 

gemeaux

 

Résultants des deux premières maisons,

Les Gémeaux alertés apparurent mutables,

A la perpétuelle recherche du double immuable,

Ils eurent apporté les primordiales connexions.

 

cancer

 

C’est en pleine phase d’introspection et de bilan,

Que la maison délabrée du Cancer fut dérangée,

Autocrate, elle déclara sans aucune ambiguïté,

Que le vrai pouvoir résidait dans la seule force des sentiments.

 

lion

 

Noblesse et fierté sur le blason de la maison du Lion,

Qui de sa splendeur rayonnante inondait de son exaltation,

Mais de son besoin éternel de reconnaissance,

Trop longtemps avait souffert en secret l’offense.

 

vierge

 

Pour que cette ardeur léonine ne fut dispersée,

La maison de la Vierge s’eut mis à disponibilité,

Bien inspirée de sa multitude ordonnée,

Elle eut résolu les problèmes des tourmentés.

 

balance

 

C’est à l’équinoxe d’automne, par son esprit de justice,

Que la Balance proclama l’égalité du jour et de la nuit,

En dépit de son esprit versatile et fortuit,

Elle eut enseigné l’équilibre en bonne législatrice.

 

scorpion

 

La volonté jusqu’au-boutiste expiatrice,

Mua le Scorpion à son ultime sacrifice,

Fouillant les tréfonds de chacune des maisons,

Recherchant en l’autre sa propre résurrection.

 

sagittaire

 

En quête d’absolu, de retour d’une croisade,

Exerçant son corps afin qu’il soit toujours libre,

Intrépide, le Sagittaire défila et de ses ingrates tocades,

Eut tout voué sur son chemin à son idéal équilibre.

 

capricorne

 

Probablement de tous, celui qui s’était connu le mieux,

Le Capricorne concentré, fixait au loin son but ambitieux,

Trop souvent abîmé par ses expériences traumatisantes,

Il savait bien pourtant esquiver les figures indolentes.

 

verseau

 

Ruminant ses pensées comme faculté élémentaire,

Le Verseau a transcendé sa peur avant qu’il ne désespère,

Adorant mesurer l’effet de sa personne sur autrui,

Etonné par lui-même, de sa nouvelle position est ravi.

 

poissons

 

Très soumis aux influences et aux pressions,

C’est bien protégés que défilèrent les Poissons.

Emprunts de la dernière identité côtoyée,

Ils eurent été souvent miroir de leurs administrés.

 

_______________

 

C’est ainsi que de ses douze maisons réunies,

On dit de la Terre qu’elle put enfin tourner rond,

Les étoiles rassurées contemplèrent l’harmonie,

Et le Zodiaque eut reçu les glorifications.

 

 

ã alexein 2003

 

 

Retour