Convives à deux

 

 

Elle se fixe bien plus que le bonheur,

Transi, j’écoute ses airs enchanteurs,

Elle me chante son histoire de mal aise,

En me promettant la plus belle ascèse.

 

Elle s’assoie sur le banc de la création,

Exulte dans toutes ses dimensions,

Elle prend mes pensées en otage,

Rançonne mes plaisirs en gage.

 

Je la sens couler dans mes veines,

Alimenter mon esprit de haine,

Elle se baigne avec affection,

Dans la  mer de mes passions.

 

Je l’embellie pour les grands soirs,

Pour la montrer en robe noire,

La propose parfois en offrande,

A ceux qui en redemandent.

 

Un jour j’ai même fini par l’épouser,

Mais pourquoi m’était-elle si dévouée,

Est-ce par crainte que j’enlève son alliance,

Du doigt je pointe ici la Souffrance.

 

ã alexein 2003

 

Retour