Coup de thŽ‰tre

 

 

Michel-Ange. DŽtail du plafond de la Chapelle Sixtine

 

 

 

De ces planches qui te dessinent,

Comme un intrus venu dÕailleurs,

Tu dŽambules et acoquines,

Ce sang royal vidŽ dÕampleur.

 

Rideau tombŽ, je te dŽcouvre,

Ė la lueur de ton vrai jour,

Celle qui dŽvoile et puis recouvre,

LÕesquisse mlŽe de tes contours.

 

Pendant ces trs longues minutes,

Je mÕinterroge, hypnotisŽ,

Est-ce le tr™ne ou bien la chute,

Qui mÕattend si jÕavance, zŽlŽ ?

 

Je voudrais regarder lÕimminence,

DÕune amante lumire Žtrangre,

Que reflte lÕefflorescence,

De ce deuxime bouquet de vers.

 

Comme un prŽlude triomphant,

Ou un Žpilogue rŽdempteur,

Coup de thŽ‰tre en plein cĻur,

Comme si on pouvait faire semblantÉ

 

 

 

 

© Alexein 2008