Dépendance

 

 

Tu es mon poison, ma toxique,

Mon acide sulfurique,

Tu te distilles dans mes veines,

Et fais brûler toutes mes peines.

 

Tu es mon curare, ma ciguë,

Ma douce substance ambiguë,

Tu m’envoûtes dans tes transes,

Avec une subtile insolence.

 

Tu es mon arsenic, mon venin,

Mon cher principe libertin,

L’hydre de mon anarchie,

Tu m’emportes jusqu’à l’agonie.

 

Tu es mon breuvage apocalyptique,

Qui rend ma vie anesthésique,

Alors seulement peut être un jour,

Je t’oublierai, oui mon Amour. . .

 

ã alexein 2002