L’aveu

 

 

Quand ma main cherche la tienne,
Et qu’elle se fait magicienne,
C’est pour te le dévoiler.

Quand mes yeux deviennent humides,
Lorsqu’ils croisent les tiens avides,
C’est pour te le montrer.

Quand ma bouche effleure ton cou,
Et qu’elle disperse ses charmes vaudous,
C’est pour te le conquérir.

Quand mon corps s’empreint du tien,
Que nos sens se font divins,
C’est pour mieux le ressentir.

Quand mon cœur impétueux s’emballe,
Sur notre rythme binaire infernal,
C’est pour mieux te l’asséner.

Si à ta vue ma flamme s’attise,
En t’accordant mes convoitises,
C’est peut être qu’il est déjà là,
Que mon délicieux Amour, c’est toi. . .

 

 

ã alexein 2003

 

Retour