La Fête sans père

 

 

 

 

Regarder ces photos,

Effeuiller mes souvenirs,

Les mouiller du désir,

De te sentir bientôt…

 

Ecouter tes musiques,

Aux clarinettes mélancoliques,

Qui rient et pleurent à la fois,

Comme je te parle à mi-voix.

 

Les choses simples et adorées,

Les refaire encore pour s’allier,

Aux journées pleines du passé,

Aux traces de ton éternité.

 

Des crises en thème à fleur de peau,

Qu’exhalent ces instants intimes,

Font-ils toujours un temps trop tôt,

Faner nos heures en saison ultime ?

 

C’est comme cela la Fête sans père,

On s’entoure de quelques prières,

On regarde encore les autres faire,

Mais l’on sait que demain ne sera plus hier…

 

 

© Alexein 2005