La Statue de sel

 

 

Un cristal de sel

 

 

Sur les rives du lac de sel,

Les reflets se font brûlants,

Ils innocentent de leur zèle,

Ceux qui s’approchent titubants.

 

Comme une armée perpétuelle,

Ce blanc infini qui déteint,

Triomphe du ciel infidèle,

Aux torses chryséléphantins.

 

Vaincus ils fondent en écume,

Sur ce sol aux cristaux nacrés,

Avec ce goût d’amertume,

Que seuls les anges peuvent aimer.

 

Sur les rives du lac de celle,

Où j’ai vu mon amour sombrer,

Notre statue éternelle,

Un jour s’est mise à pleurer…

 

 

© Alexein 2005