La guêpe et le haricot

 

 

 

En plein orage d’été,

Une guêpe esseulée,

Vint se poser trempée,

Tout près d’un potager.

 

Un haricot trop fier,

De se sentir grandir,

Fit à la pluie cette prière,

L’histoire de se reverdir :

 

« A toi ma belle déesse,

Du ciel tu es l’altesse,

De ce nouvel empire,

Vivre pour te chérir ».

 

La guêpe trop étonnée,

D’avoir ouï ce discours,

S’en fut bien trop piquée,

Qu’on lui fasse tant la cour !

 

Depuis, chaque matin,

Elle dépose une goutte de rosée,

Sur son haricot adoré,

Qui lui entonne son refrain.

 

Moralité : lorsqu’on veut entendre,

Uniquement ce que l’on souhaite,

On ne pourra que prétendre,

A des amours sourdes-muettes…

 

 

© Alexein 2005