La trahison de l’échec

 

 

 

 

La partie commence, tu avances tes pions,

Mais tes pions refusent de jouer les pionniers,

Tu dégages sans mal ton fou un peu zélé,

Mais ton fou est foudroyé en pleine action,

Tu réfléchis alors à ton cas,

Qui reste si cavalier,

Que c’est ta tour qui se débat,

Mais elle est trop tourmentée.

 

Quand Madame blanche reine,

Dans cette belle cohue,

A voulu non sans peine,

Bouger un peu son cul,

On a alors compris,

Que son traître de Mari,

Sacrifiait en charpie,

Un à un ses amis !

 

Trônant sur sa case,

Il rêvait d’une extase,

Avec Dame noire,

Il gardait ses espoirs,

Tout en chantant sa cantate,

En trois coups le fit mat,

Roi blanc rejoignit son armée,

Complètement décimée.

 

On peut bien rejouer,

Tous les coups dans sa tête,

Mais lorsque chaque idée,

Conduit à la défaite,

Un échec devient un succès,

Si l’on sait y trouver la leçon,

Pour cette partie je dirais :

C’est de la confiance que naissent les trahisons.

 

ã Alexein 2004