Le Dilemme du porc-épic

 

 

 

Caresser la bête du doigt,

Et laisser échapper une goutte,

C’est déjà un peu de soi,

Qui saigne la déroute.

 

Quand soudain l’hiver s’épand,

Sur la vallée immaculée,

Les pics deviennent aimants,

A trop s’agglutiner.

 

Rechercher la chaleur animale,

Sans piquer le cœur du prochain,

Voilà l’infernale spirale,

La position sans lendemain.

 

Se rapprocher d’un amour caustique,

C’est le dilemme du porc-épic,

Trop près pour être blessé,

Trop loin et mourir glacé…

 

 

Inspiré de la parabole du porc-épic de Schopenhauer

 

 

© Alexein 2005