Le demi-monde

 

Le Soleil, Edvard Munch en chargement...

Le Soleil, Edvard Munch

 

 

A quoi penses-tu dans ton demi-monde,

Où la mort fine te vagabonde,

Elle t’invite innocemment,

Sur ses chemins endormants.

 

Tu ouvres les yeux sans vraiment nous voir,

Tu souris parfois sans vraiment y croire,

Tu trouves le temps long comme sont les secondes,

D’un compte à rebours dans son ultime ronde.

 

Tu es le blessé mais c’est mon cœur qui saigne,

De battre si fort pour toi que j’aime,

Ma force, ma loi, ma vie, mon règne,

Par ta main serrée, en moi s’essaiment.

 

A quoi penses-tu dans ton demi-monde,

Lorsque tu sais chaque espoir envolé,

Le désir n’est-il plus qu’une seule onde,

Qui vient se perdre dans une mer asséchée ?

 

 

 

© Alexein 2004