Le Marchand de cauchemars

 

 

 

Affichant ton plus beau sourire,

Tu viens nous vendre tes délires,

Sur l’étal de nos nuits tourmentées,

Tu t’amuses à nous terroriser.

 

Promotions sur la peur,

Remises sur l’horreur,

Tu commerces sans scrupule,

Sur l’angoisse du noctambule.

 

Messager de la géhenne,

Tu es le ravisseur de l’ombre,

Tu t’empares de nos amours terriennes,

Et nous laisses errer dans nos décombres.

 

Tu es l’épouvantail de nos songes satinés,

La folle chimère de nos heures détournées,

Et si tu empruntes ce soir les bras de Morphée,

Nul doute alors que ce soit pour nous étouffer !

 

ã alexein 2003