Le poids du destin

 

 

Michel-Ange, plafond de la chapelle Sixtine.

 

 

Comme un ange gardien providentiel,

J’accompagne les élus vers leur chemin,

Ils ne savent pas si du bien ou du fiel,

Composera leur présomptueux lendemain.

 

Certains ne pourront même pas choisir,

Et mourront en vain avant d’être nés,

Certains ne pourront même pas dire,

Qu’ils eurent une seconde le choix d’aimer.

 

Moi je les regarde amusé de connaître,

Leur avenir qu’ils craignent et croient innocent,

J’ai leur destin comme une nouvelle lettre,

Qu’il suffirait d’ouvrir pour déchiffrer le temps.

 

Si j’ai le pouvoir de vous mettre sur la voie,

Je ne peux quoiqu’on dise vous forcer à la prendre,

Vous devez sentir en vous cette mystérieuse foi,

Et là seulement vous pourrez apprendre.

 

L’humanité progresse grâce à l’étincelle,

Si faible soit-elle, elle provient d’une main,

Découvrir ceux qui rendront la vie belle,

Et les faire accepter le poids du destin.

 

 

 

 

© Alexein 2005