Le rocher des veuves.

 

 

Sur le rocher des veuves,

Elles les attendent encore,

Chaque jour faire peau neuve,

Des gerçures indolores.

 

Certaines ont les yeux fiers,

Triomphants vers le ciel,

D’autres les baissent à terre,

En salut providentiel.

 

Y-a-t-il une plus belle vertu,

Que celle des femmes de marins,

Chaque jour leurs vies soufflées,

Aux voiles brumeuses du destin.

 

Rituel infernal, la marée des femmes,

Viennent puis se retirent,

Ne reste que l’écume du drame,

Ancré loin dans le souvenir.

 

Ce jour fut la marée des larmes,

Aux vagues dressées par l’horreur,

Pas un marin ne revint du vacarme,

Le rocher des veuves pleure.

 

ã alexein 2003

 

Retour