Les Amours de jeunesse

 

 

L’Amour des Arts console la Peinture. L’Aîné.

 

 

 

Lorsqu’ils nous rattrapent sans cesse,

Ils sont les vautours de nos vies,

Nos amours de jeunesse,

Au fond du cœur ont fait nid.

 

Condamnés à voir flotter,

Nos hymens en pleine dérive,

Ils nous tourbillonnent zélés,

Au-dessus de nos têtes pensives.

 

Goutter une seule fois à l’ivresse,

Et c’est toute notre vie qui trinque !

A la recherche de cette liesse,

Une seule goutte vous requinque.

 

Est-ce un mirage de croire encore ?

Est-ce un outrage à notre destin ?

De savoir que de la même main,

La caresse est sensible et la gifle indolore.

 

Pourtant lorsqu’ils reviennent suppliants,

Frapper à nos portes comme un mendiant,

Nous ne les voyons plus comme autrefois,

Les amours de jeunesse ne vivent qu’une fois.

 

 

© Alexein 2006