Marianne

 

 

Laisse-moi une place entre tes lignes,

Pour qu’à jamais j’ai ton insigne,

Broché au cœur en médaillon,

Mérite d’amour, décoration.

 

Liaison du jour et de la nuit,

Crépuscule intime requis,

Ce doux parfum d’entre deux mers,

Mes attentions particulières…

 

Délicieux jeu de courbes parfaites,

Affole sans désarroi l’esthète,

Qui de ses mains agiles taille,

Le roc qui devient rocaille.

 

Laisse-moi une place entre tes lignes,

Pour qu’à jamais nous restions dignes,

De ce franc buste si parfait,

Oui j’en ai dessiné les traits… !

 

© Alexein 2005