Neige et terne aile

 

 

Fallen Angel

 

 

Tes mains blanches salissent,

Cette vie grise qui se tisse,

Au fil des jours sans soleil,

Sonne minuit tu t’éveilles.

 

Inspire donc tes pensées,

D’une seule ligne immaculée,

Renifle bien davantage,

Ton propre sabotage.

 

Puis l’envie d’avoir envie,

Tourbillonne tes esprits,

Sur la route des veules ombres,

Les billets deviennent sombres.

 

Tu regardes tanguer les arbres,

Mais ton aile est si terne,

Que tu erres sans gouverne,

Lesté d’une ancre de marbre.

 

L’hiver pleure de ses larmes de coton,

Cet ange qui ne montera pas au ciel,

Neige éternelle sur ce garçon,

A la mort, personne n’est rebel.

 

 

© Alexein 2005