Ta meilleure amie

 

 

Elisabeth Korster

 

 

Te mentir ?

J’pourrais pas fuir,

Tout te dire ?

C’est encore pire.

 

Alors j’reste coincée comme ça,

A compter chacun de tes pas,

Ne raccroche pas j’reste à l’écoute.

J’suis immobile, là sur ta route.

 

J’regarde patiner ces garçons,

Qui virevoltent autour de toi,

Si y’en a un qu’a d’l’émotion,

C’est moi qui glisse sur le verglas.

 

J’écoute tes amours et tes haines,

Tes pacotilles de porcelaine,

Que tu collectionnes, amusé,

Sur ta cheminée y’a les trophées !

 

Te mentir ?

J’pourrais pas fuir,

Tout te dire ?

C’est encore pire.

 

J’suis ton p’tit pantin de service,

Ton après-vente toujours ouvert,

Et dire que ça me rend complice,

De tout ce que j’aurais voulu t’faire.

 

J’suis ta décharge, ton vide-ordure,

Quand tu m’racontes toutes les injures,

Que tu distilles à tes amis,

T’es trop mignon, quand tu souris…

 

Qui suis-je ? T’veux un aperçu ?

Dieu sait que tu m’en a mis dessus,

J’suis ta fée clochette, ton criquet,

Ta propre Conscience, ton boulet !

 

Te mentir ?

J’pourrais pas fuir,

Tout te dire ?

C’est encore pire…

 

 

ã alexein 2004

 

page précédente