Un certain Gožt de la vieÉ

 

 

Edvard Munch - 1895

 

 

Comme un sommeil dŽsaronnant,

Je baille ces jours en rveries,

Pour Žclipser le firmament,

JĠose encore croire ˆ lĠutopie.

 

Je me confonds dans ces nuages,

Pour oublier mon agonie,

Lˆ-haut le ciel a du courage,

Pour regarder ces infamies.

 

Mais cĠest la nuit que mon royaume,

SĠŽveille en pleine frŽnŽsie,

Je cours je vole cĠest le syndrome,

DĠun bien rŽel Gožt de la vie.

 

Clandestin, possible hors-la-loi,

Je traverse les temps maudits,

A chaque nuit suffit sa joie,

LorsquĠon redoute le crucifix.

 

Mon ‰me finit par sĠaiguiser,

Sur le long cou de lĠinnocence,

Trop belle ˆ voir soudain cŽder,

Aux vertiges de mon appŽtenceÉ

 

 

İ Alexein 2008