Vie en eau trouble

 

 

 

Elle se distrait de notre impétueux orgueil,

Se cache dans ses profondeurs secrètes,

Aussi fragile qu’une automnale feuille,

Qui de l’ombre joue de sa silhouette.

 

Comme un imperceptible roulis,

Tu te nourris des vagues du temps,

Et te brise au crépuscule de l’oubli,

Pour le ranimer bienséant.

 

Excuse dorée de notre conscience,

Tactique opportuniste à outrance,

Pour nos cœurs transis par ton absence,

Tu revêts ton manteau d’indulgence.

 

Victimes de votre amnésie délibérée,

Pendant plusieurs vies ou quelques semaines,

Tes mots choisis viennent libérer,

Cette attente cruelle qui nous enchaîne.

 

Ô toi Reconnaissance sublime,

Tu crois être mon but ultime,

Mais tu n’es que le simple début,

De mon chemin de vie déchue.

 

© Alexein 2005