Au Crépuscule

 

 

Laisse moi être ce rayon d’étoile,

Pour me glisser là sous ton voile,

Tanner ta peau d’orange sanguine,

Changer l’écorce en opaline.

 

Je voudrais t’éblouir de rêves,

Pour entrevoir enfin une trêve,

A cette vie qui déjà se ferme,

A l’horizon, j’en vois le terme.

 

Être un otage des jours exempts,

De ton image en ce présent,

Eclipse les heures de notre hymen,

Attise les flammes de ma peine.

 

Je suis bien ce soleil triste,

Qui se couche fataliste,

Vous me regardez si heureux,

Que ma déprime est cet aveu.

 

A la prochaine lune pleine,

Rendez-vous au jardin d’Eden.

Près de la chambre aux volets bleus,

Sur la colline tout près des cieux…

 

 

© Alexein 2005