D’un Arbre… 

 

 

J’ai desséché la fleur de nos hymens,

Une rose noire, couleur obsidienne,

Désassemblé ce bouquet de ferveur,

Une rose noire qui saigne ses pleurs.

 

 

La vie d’une fleur est si éphémère,

Aussi belle soit-elle, sa fin est amère,

Graine d’Amitié pour l’Arbre d’une vie,

Tombent les feuilles des peines affranchies.

 

 

Tel un limbe tourné vers la lumière,

Les nervures de mon âme exhalent,

Autant de verdeur que ma sève envers,

L’ardente éclosion d’amours idéales.

 

 

Des racines insondables de nos affections,

A la cime éthérée de notre communion,

Nous arborerons les feuillages du temps,

De cet automne utile, faisons notre printemps….

 

ã alexein 2003

 

Retour