Fausse idŽe

 

La premire tentation du Christ

 

 

Quelle est donc cette extase,

Du mystre intense de tes yeux,

Qui vient vers moi et embrase,

LĠimminence du dŽsir soyeux ?

 

Est-ce lĠŽclair du coup de foudre,

Le rayon vert du flambant coucher,

LĠŽtincelle dĠun cÏur en poudre,

Ou la simple lueur du passager ?

 

Saurais-je garder mon ardent dŽsir,

Si je te fais tendre cŽladon,

Ne serait-ce pas encore pire,

De ne goutter quĠaux passions ?

 

Alors cĠest du bout de mes lvres,

Qui se feront gardiennes,

DĠun secret dĠorfvres,

Que nos amours seront anciennes ;

 

Et ne vivront que dans nos rves,

Pour sĠŽtirer ˆ lĠinfini,

JĠentrevois lˆ seulement la trve,

Avant de se revoir au paradisÉ

 

 

 

İ Alexein 2008