L’Abbé attitude

 

 

 

 

Tourné vers le ciel, son esprit s’élève,

De l’arbre de vie, purifier sa sève,

Il pardonne aujourd’hui après avoir semé la peur,

D’une main sur son rasoir, de l’autre sur nos cœurs.

 

Des croisades sanglantes, il reste le garant,

Des maisons offertes aux officiers allemands,

Quel est donc l’animal qui se cache sous cette soutane ?

Pour avancer de la sorte, ce ne peut être qu’un âne.

 

Il rassure, il apaise, nous lave même de nos péchés,

Ce con fesse aussi bien nos enfants abusés,

Au nom du Père, pensez-vous qu’il soit le sain d’esprit ?

Quand sans remord c’est son Fils qu’il crucifie.

 

Dans ces hôtels aux saintes reliques,

Les cierges brûlent, évangéliques,

Dans ces autels sacrificiels,

Les anges s’envolent à tire d’ailes.

 

Quand dans l’antichambre de sa foi,

L’oraison s’entache de sa funèbre raison,

Sans Amen, en prince dévot tu règnes sans loi,

Pour ton pardon, chanteras trois kyrié-eleison.

 

Un fidèle infidèle qui pour divine sentence,

Chante ces chœurs pour demander clémence,

L’Amnistié affichant sa croix en patrimoine,

Devrait se souvenir que l’habit n’a jamais fait le moine.

 

 

ã alexein 2003

 

Retour