L’Ombre de l’âme

 

 

 

Je suis une ombre gémelle,

Une vision taciturne,

J’accapare l’émotionnel,

Dans mon galbe nocturne.

 

Puis-je me permettre,

Une coexistence… ?

J’engante vos apparences,

Sombres miroirs de l’être…

 

Je viens vous enduire,

Vous hanter, vous maudire,

Je suis votre autre vous,

Un invité sans tabou.

 

En narcisse obsessionnel,

Je suis votre perpétuel duel,

Il sera trop tard pour demander pourquoi,

Lorsque la mort vous attirera vers moi…

 

Vous pouvez tenter de vous tenir droit,

Je vous reflèterai toujours en travers,

Soyez l’homme le plus adroit,

Et je serai votre pire revers.

 

J’intime ce châtiment indolore :

Vous êtes joie, je suis votre drame,

Vous redoutez parfois l’ombre du corps ?

Redoutez davantage l’Ombre de l’âme... !

 

 

ã alexein 2004