Polyptote en « mine »

 

 

La vie est un champ de mines,

Qu’elles soient pâles ou sous-marines,

Aigries ou à fragmentation,

Grises ou à aimantation.

 

Mine de rien, ces croque-morts,

Finissent toujours par laminer,

Telles des vermines en plein essor,

Ceux qui les examinent de trop près.

 

On peut ruminer longtemps ce dilemme,

Mais il n’y a qu’une chose qui prédomine,

Que la mine soit claire ou bien blême :

Fuyons de peur qu’elles nous contaminent.

 

Ces mineurs de fonds aux humeurs sibyllines,

Qui se croient éminemment lumineux,

Ne fulminent somme toute que par le feu,

Des actes criminels qui les déterminent.

 

Si un jour je trouve la mine d’or,

Qui saura illuminer mon sort,

Saurai-je être assez critique,

Pour éviter l’explosion atomique ?

 

ã alexein 2003

 

Retour