Promesse

 

Tournesols, Vincent Van Gogh

 

 

La fleur d’une promesse non tenue,

Se fane dès son commencement,

Elle n’exhale que sa résignation,

Son parfum est douceur acerbe.

Comme un tournesol qui cherche,

Le chemin de la vérité,

Elle oscille du oui au non,

Sans rencontrer l’évidence.

Aveuglé par le soleil,

Il n’en voit jamais sa source,

Condamnée à la démission,

Elle asphyxie ses certitudes.

 

La fleur d’une promesse non tenue,

Voit le jour dans nos nuits blafardes,

Celles qui étirent le temps,

Pour mieux rétrécir l’espace,

Tombent les pétales de la vanité,

Sous le souffle dévorant du mystère,

Tiens ! la lune en est pleine ce soir,

Elle cache sa face honteuse du déni.

Aux aurores boréales énigmatiques,

Là où le mirage se fiance à l’exaltation,

Le mur du son résonne à l’outrage,

Puis se fend comme du papier d’argent.

 

La fleur d’une promesse non tenue,

Sème encore le triste souvenir,

De réussir ce que nous avons perdu,

De désirs en espoirs stériles,

L’ombre avortée d’une ardente envie,

Ecourte la séduction providentielle,

Dans un vase à l’eau limpide,

Fleur coupée par les convictions,

Qui boivent au rythme effréné,

De l’impatience jusqu’à l’oubli,

Il faut en décompter son chagrin,

Pour mieux briser les racines du mal.

 

 

©Alexein 2006